Le Sourire Intérieur Unificateur

« Tant qu’il y a de la vie… il y a de la vie ! »

Gratitude

Merci ! Ça fait du bien !

(Merci Patron – Dessinateur & Scénariste : R Lacas – Editeur : PAQUET)


Dans un monde centré sur la performance et la réussite, la vitesse et l’opportunisme, peu de temps nous est donné d’apprécier justement et simplement les petits cadeaux que dépose la vie sur notre chemin. Préoccupé par ce qui ne va pas ou pourrait ne pas aller, nous goûtons rarement le fruit de la gratitude et le sentiment d’interdépendance qui en est à la source. Or, la gratitude est un ingrédient essentiel du bien-être, tant personnel qu’interpersonnel.
Dans ce billet nous résumons un article de Robert A. Emmons et Michael E. McCullough (2003) […] paru dans le journal scientifique Journal of Personnality and Social Psychology, l’une des plus prestigieuses de revue scientifique de psychologie.

Qu’est-ce que la Gratitude ?

[…]Le mot Gratitude dérive du latin gratia qui signifie grâce, agrément. L’objet de la gratitude est externe comme un autre être humain mais il peut aussi être impersonnel (la nature) ou non humain (Dieu, les animaux, le cosmos …).  […]

Gratitude, Bonheur et Bien-Etre : Les intéractions

De nombreux penseurs, chercheurs, écrivains ont émis l’idée, depuis longtemps déjà, que la gratitude avait un impact positif sur notre bonheur.
Les premières recherches sur la gratitude classent celle-ci dans le registre des émotions positives. La gratitude est reliée à d’autres émotions positives comme la joie, Le bonheur, le contentement, la fierté, l’espoir.  […]

Savourer les bienfaits de la vie

Ressentir de la gratitude en face de diverses circonstances, même minimes, de la vie est une stratégie psychologique adaptée qui stimule à percevoir positivement l’expérience quotidienne. L’aptitude à prendre conscience, apprécier et savourer ce qui compose sa propre existence est un élément déterminant du bien-être.
S’engager régulièrement à percevoir le monde comme un don, sa vie comme un cadeau et soi comme étant entouré de bienfaits est un facteur essentiel du fonctionnement psychologique optimal. De nombreux groupes l’ont bien compris : des mouvements spirituels et religieux aux Alcooliques Anonymes ont adopté cette stratégie.
En effet, la pratique régulière de la gratitude améliore le fonctionnement psychologique et social.

A quoi sert la gratitude ?

Percevoir les bienfaits de la vie, la considérer comme un cadeau de façon régulière nous amène à porter notre attention plus régulièrement sur les aspects positifs de l’existence. Exprimer sa gratitude permet de profiter pleinement des aspects positifs de sa vie.
[…] Prendre conscience des petits soleils qui jalonnent notre vie et s’en souvenir rendrait plus difficile leur banalisation et l’atténuation de leur bénéfice.

Les trois premières études

A travers 3 études, Emmons et McCullough ont décidé d’explorer les liens qui unissent gratitude et bien-être en observant l’effet d’un journal de gratitude sur le bien-être physique et psychologique.

  • Dans la première étude, ils ont demandé à des étudiants en début de cycle de remplir hebdomadairement un carnet en rappelant 5 événements de la semaine en fonction d’une consigne déterminée.

Trois groupes ont été formés et chaque groupe recevait une consigne différente :

Le groupe Gratitude où les étudiants devaient rapporter des expériences pour lesquelles ils éprouvaient de la gratitude, de la reconnaissance.
Le groupe Ennuis/Tracas où les étudiants listaient des événements qui leur avaient amené du tracas, qui les avaient ennuyé.
Un groupe Libre où ils pouvaient rapporter ce qu’ils voulaient comme événement dans le carnet, sans plus de précision.

Les étudiants remplissaient aussi plusieurs questionnaires concernant :

Leur humeur
Des symptômes physiques ressentis durant la semaine
Leur réactions au soutien social (cherche-ils de l’aide auprès d’autrui ? et qu’on ils ressenti après ?)
Une estimation du temps qu’ils passaient à faire de l’exercice
Deux échelles de satisfaction de vie (bien-être actuel et anticipé)

L’étude dura 10 semaines.
[…]
En résumé, les étudiants du groupe Gratitude rapportaient plus de satisfaction de vie (actuelle et ancitipée) et moins de symptômes physiques que les deux autres groupes.  […]
L’émotion de gratitude en réponse à une aide reçue par un tiers était associée à une plus haute évaluation de la joie et du bonheur et ce, quel que soit la condition. La gratitude ressentie était également associée à une satisfaction de vie plus favorable et un plus grand optimisme concernant la semaine à venir.

  • La deuxième étude utilisait approximativement le même matériel et les mêmes conditions. Au lieu de remplir questionnaires une fois par semaine, les étudiants les complétaient chaque jour pendant 16 jours. Les carnets avec les événements à rapporter continuaient à être compléter une fois par semaine.

La condition libre était remplacée par une condition comparaison sociale descendante : il devait rappeler 5 événements où ils se sont perçu supérieur aux autres et rapporter ce qu’ils avaient de plus que les autres.
La variable concernant l’exercice hebdomadaire a été approfondie en demandant de rapporter la nature aérobique de l’activité (forte ou moyenne). De plus, le nombre de consommation de caféine, de boissons alcoolisées et d’aspirines était également demandé.
Les comportements prosociaux journalier étaient aussi à rapporter.
Ici encore les résultats sont sans appel : les personnes dans la condition Gratitude expérimentaient plus d’émotions positives durant les deux semaines de l’étude. En outre, ils ont rapporté plus de comportements prosociaux comme proposer son aide à une personne en difficulté ou lui offrir un soutien émotionnel.

  •  […] La troisième étude, répliquant point par point la seconde, sur une population d’adultes souffrant de maladies chroniques. Cependant, seule la condition Gratitude était maintenue. En guide de groupe contrôle, ils ont demandé à la moitié de leur groupe de ne remplir que les questionnaires sans effectuer les exercices de gratitude.

Les résultats parlent d’eux mêmes :
Les personnes dans le groupe Gratitude ressentaient plus de gratitude quotidiennement, plus d’émotions positives et moins d’émotions négatives que le groupe contrôle. Le groupe Gratitude rapporte plus de satisfaction de vie à tous les niveaux. De plus, les personnes de la condition Gratitude dormaient plus et se sentaient plus reposées le matin.
Aucun effet sur les symptômes physiques n’a été relevé.

Pour résumer ces trois études, pratiquer la gratitude une fois par semaine amène un plus grand optimisme concernant sa vie, pousse les gens à faire plus d’exercices physiques et à adopter plus de comportements prosociaux. La gratitude nous permet de nous sentir davantage connecté aux autres et à se sentir plus concerné par le bien-être de nos semblables. Elle offre un sommeil de qualité, plus long et reposant.

Emmons ne s’en est bien entendu pas tenu à cette première série d’études.
Emmons et Mishra, dans un article à paraître  […] recensent une série d’études très intéressantes montrant que la gratitude intervient à différents niveaux du bien-être, et parfois là où on ne l’attend pas.

La gratitude facilite la gestion du stress en nous amenant à porter le focus de notre attention sur les aspects positifs de la vie et facilite l’utilisation de moyens de gestion du stress efficaces comme la recherche de soutien social, la réinterprétation positive, une approche centrée sur la résolution de problème, etc.
La gratitude diminue notre propension à souffrir des émotions négatives issues de la comparaison sociale dans la mesure où une personne ayant tendance à ressentir de la gratitude apprécie les forces d’autrui et se réjouit de la réussite ou la chance des autres.
La gratitude réduit la souffrance liée à la satisfaction matérialiste par son opposition fondamentale à celle-ci. La gratitude aide au bien-être en motivant à prendre soin de ses besoins fondamentaux, de ses relations et de la communauté, ce qui est relativement incompatible avec des motivations matérialistes.
La gratitude améliore l’image que l’on a de soi.
La gratitude facilite l’accès aux souvenirs agréables par un biais de mémoire en faveur des souvenirs positifs.
La gratitude construit et consolide les relations sociales en facilitant le sentiment de connections aux autres.
La gratitude stimule la vie spirituelle.
La gratitude facilite l’atteinte d’objectifs personnels importants (universitaire, interpersonnel, professionnel, de santé).
Chez les enfants, la pratique de la pensée de gratitude induit des comportements positifs envers l’école et la famille (Froh, Sefick, & Emmons, 2008).

Qu’attendez-vous ?

La Gratitude en pratique

  • Tenir un journal de Gratitude

La tenue quotidienne d’une liste des événements pour lesquels vous éprouvez de la gratitude, que ce soit envers un être humain ou non, est le moyen le plus efficace d’entraîner votre esprit à porter son attention sur les aspects positifs, les moments de grâce, les bienfaits, les cadeaux de votre existence.
Dressez cette liste quand vous le souhaitez, il n’y a pas de bons ou de meilleurs moments pour la réaliser. Ce qui compte est de la faire.
Entre chaque événement que vous rapportez, prenez le temps de considérer avec tout vos sens la gratitude que vous ressentez en rapport à l’événement que vous venez de renseigner. Ecrire de façon automatique les événements sans s’y attarder un peu n’aura aucun effet.
Il est très probable que vous renseignerez régulièrement les mêmes événements. Ce n’est pas grave. Ce qui compte est que vous ressentiez un sentiment de reconnaissance sincère en direction de l’objet de votre gratitude.
Au début la liste peu vous sembler réduite, cependant, avec la pratique, les sujets augmenteront. Rappelez vous que vous êtes au début de votre entrainement à remercier l’existence des bienfaits qu’elle vous apporte.

  • Pensez à vos pires moments

« Remémorez-vous les moments les plus difficiles de vôtre existence, vos chagrins, vos pertes, vos tristesses, puis rappelez-vous combien vous avez évolué aujourd’hui, capable d’y repenser. Vous avez dépassé les pires moments de votre vie : le traumatisme, l’épreuve, vous avez survécu à des relations nuisibles. Rappelez vous les mauvais moments, puis voyez comme vous êtes maintenant » (Gomes, 2003, cité par Emmons, 2008).
En pensant à vos pires moments vous établissez un contraste positif entre ce que vous avez été et ce que vous êtes maintenant, ce qui facilite l’apparition du sentiment de gratitude.

  • Posez-vous trois questions

Dans son livre « Merci ! » Emmons fait référence à la méditation naïkan mise au point par un japonais pour aider chacun à regarder à l’intérieur de lui.
Qu’ai-je reçu de …………………………………………. ?
Qu’ai-je donné à ………………………………………… ?
Quels ennuis et difficultés ai-je causé à ………. ?
Ces trois questions servent à réfléchir sur la nature réciproque des relations humaines et la qualité de celles-ci. Elles peuvent s’appliquer tant au domaine privé que professionnel ou encore au développement d’aspects supérieurs de soi.

  • Apprendre des prières de gratitude

Croyant ou non, vous pouvez vous inspirer de la prière matinale de Thich Nhat Hanh :

« Au réveil ce matin, je vois le ciel bleu
et joins les mains en remerciement
pour les multiples merveilles de la vie,
pour ces 24 heures toutes neuves devant moi »

  • Revenez à vos sens

2 à 3 fois par jour, quand votre activité n’est pas trop prenante, ralentissez le rythme et portez votre attention à votre respiration.
Remarquez comme votre souffle rentre et sort sans effort, sans que vous ayez à intervenir.
Toutes les 5 ou 6 respirations concentrez vous silencieusement sur le mot « Merci » pour vous rappeler les bienfaits de votre souffle et la chance que vous avez d’être vivant.

  • Utilisez des rappels

Installez des petites phrases ici et là, sur votre bureau, sur la porte de votre frigo, dans l’entrée, en font d’écran de votre ordinateur ou de votre GSM.
Les deux principaux obstacles au sentiment de gratitude sont l’inattention et l’oubli, pensez-y.
Les meilleurs rappels sont encore les autres personnes. Trouvez un ami avec qui vous partagerez la responsabilité de vous rappeler mutuellement vos engagements de reconnaissance.
Faites la promesse de pratiquer la gratitude
Plusieurs recherches montrent que faire la promesse de s’engager dans une action augmente réellement sa probabilité de réalisation. Pourquoi s’en priver ?

  • Faites-en les mouvements

Sourirez ! Posez des gestes de gratitude envers vos semblables, dites-leur merci !
De nombreuses données indiquent qu’un changement d’attitude ou encore « l’envie de » suit un changement de comportement. N’attendez donc pas que l’envie soit là pour commencer. Elle viendra naturellement par la suite.

  • Les thèmes courants pour commencer la pratique

Etre en vie
La santé
L’amour
La connaissance
Les relations
La nature
La générosité des amis
Le droit de vote

Lire l’article intégral sur Egide Altenlho

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :