Selon Philippe Gabilliet, pour faire durer la chance, il faut préparer le terreau qui permettra à ces graines d’opportunité de se développer et de perdurer. » Cela est possible si l’on adopte les 4 postures suivantes :

1 – clarifier son intention : Qu’est-ce qui me fait vibrer ? De quoi ai-je besoin, envie ?

2 – se rendre disponible : se placer intérieurement dans une posture d’ouverture et de disponibilité maximale à ce qui se passe autour de soi

3 – recycler ses malchances : que vais-je pouvoir tirer de cette malchance ?; à quelles conditions pourrais-je en faire quelque chose de positif ? Comment puis-je agir dans l’immédiat pour la retourner à mon avantage ? Qu’est-ce que cela m’apprend ? Puis après : relancer la machine à opportunités en cherchant à ouvrir de nouvelles portes

4 – devenir un porte-chance : s’inscrire dans une dynamique d’échange et de solidarité

Publicités