(Extrait du livre, Chi Kung du Second Cerveau de Mantak Chia)

Le processus de transformation intérieure dans la pratique du Tao universel commence avec le Sourire intérieur dirigé vers le Cerveau inférieur situé dans le bas de l’abdomen. C’est la pratique clef pour garder la pression du qi dans le Dan Tian inférieur et le corps entier, et c’est la pratique la plus efficace pour garder ouvertes toutes les voies d’énergie du corps.

Le Sourire intérieur, à première vue, peut sembler une pratique facile, mais il constitue en réalité un grand défi. Il est, dans sa simplicité apparente, un moyen hautement concentré de changer notre attitude entière envers la vie et nous-mêmes. Mais, en même temps, c’est la clef pour déplacer et transformer notre disposition et notre attitude intérieures, pour que nous nous ouvrions au pouvoir de fluer avec le courant de la vie. Il nous aide aussi à « aller à contre courant » et à utiliser la force sur nous-mêmes, et sur les autres. Il nous exerce à nous accepter nous-mêmes, et, ainsi, les autres, en sorte que la transformation puisse venir de l’intérieur, et non d’au-dessus, ou de l’extérieur, quand nous élevons notre conscience et notre attention.

La pratique du Sourire intérieur n’est pas une astuce ou un expédient pour oublier notre souffrance et la refouler, et faire comme si elle n’existait pas. Nous avons besoin de reconnaître que la souffrance sera toujours là, en tant que douleur existentielle, qui accompagne toute vie, toute existence. Nous accumulerons invariablement de la souffrance dans les vicissitudes de la vie. C’est la pratique même du Sourire intérieur qui nous exerce à regarder profondément en nous-mêmes et à transformer la souffrance en une source d’auto transformation et d’énergétisation. Nous devenons vraiment invulnérables, non pas en ignorant la souffrance, mais en étant plus vulnérables, et en entrant en contact avec nous-mêmes. Ce faisant, nous pouvons être plus sensibles aux autres et au monde. Il est bon de verser des larmes quand nous nous désintoxiquons. Dans une culture patriarcale comme la nôtre, les hommes sont censés cacher leurs larmes, parce qu’elles montrent leur faiblesse. Si nous apprenons le Sourire intérieur, nous nous nous ouvrons à notre Soi profond, et nous apprenons à raffiner notre souffrance. Nous restaurons le flux d’énergie pour que nous puissions rire à nouveau, puis sourire, quand nous apprenons à nous étreindre nous-mêmes, à étreindre les autres, et le monde.

Cependant, quand nous pleurons, nous perdons de l’énergie. Mais le Sourire intérieur est une formation, nous exerçant à sentir, ressentir, voir et entendre profondément, et à apprendre à accepter et étreindre ce qui est là, afin que la vie soit ouverte à nouveau.

En souriant dans le cœur de notre être et dans notre corps entier, nous affirmons la bonté intrinsèque, fondamentale, de l’existence et notre gratitude envers la vie.

En souriant intérieurement, nous préparons le terrain pour l’estime de soi, qui est, à son tour, la racine de notre sens de la dignité, et est essentielle à l’auto-énergétisation.

On peut appeler cela le premier processus de transformation alchimique, dont dépendent tous les autres ; c’est le commencement d’un nouveau mode d’existence, dépourvu d’autodestruction.

Il n’est pas fondé sur l’auto confrontation et le combat contre nous-mêmes, mais sur l’apprentissage de l’acceptation de nous-mêmes, tels que nous sommes, avec un mélange unique, une combinaison unique d’énergies bonnes et mauvaises. Nous avons besoin des deux, pour grandir. Sans les énergies négatives, il n’y aurait pas d’impulsion pour le processus de transformation, et nous ne pourrions même pas augmenter notre approvisionnement en énergie. Le potentiel d’énergie caché dans les énergies négatives resterait refoulé et hors d’atteinte.

Sourire et diriger le mental supérieur vers le mental inférieur, le Dan Tian inférieur, est d’une importance particulière comme façon de se brancher sur notre source de vie et élever notre force de vie. En faisant ainsi, nous permettons au diaphragme de se relaxer et de se mouvoir librement vers le haut et le bas. Cela rend aussi les poumons et le cœur heureux.

Rire et sourire sont peut-être les deux meilleures façons de se connecter avec le Dan Tian inférieur, générer la pression du qi et le pouvoir intérieur, rétablir la libre circulation de l’énergie, et accroître l’immunité.

Il est bon de faire l’expérience de différentes formes de sourire et de découvrir par soi-même les résultats du passage du rire extérieur au rire intérieur. C’est un processus qui s’apparente à frapper sur un tambour à l’extérieur, causant ainsi une vibration à l’intérieur ; nous passons du rire extérieur au sourire intérieur. Plus les vibrations dans le Dan Tian inférieur seront subtiles, plus la pression du qi générée sera puissante.

Plus le sourire est intérieur, moins les poumons sont utilisés et plus l’énergie est économisée et plus on est proche de la respiration naturelle (embryonnaire).

Le qi gong du sourire et du rire est une forme de relaxation si naturelle, que nous avons de la peine à la considérer comme une pratique de qi gong. Mais c’est l’un des moyens les plus efficaces de rétablir l’équilibre Eau-Feu dans le corps. Quand on fait le son « HA », la chaleur est libérée et l’énergie ignée en excès est expulsée, et le corps rafraîchi, et, ainsi, rééquilibré.

Le Sourire intérieur non seulement est essentiel pour entrer en contact avec nous-mêmes, mais c’est aussi la clef qui nous permet d’entrer en contact avec toutes les énergies de l’univers, l’énergie de la Terre et des particules cosmiques qui nous entourent, de la recevoir et de l’absorber – et de nous ouvrir à l’Univers.

http://lepointetletout.onlc.fr/35-Sourire-interieur.html

Publicités