Souvent, les grand ne savent plus
Jouer, regarder
Se regarder

Souvent, les grands ne savent plus
S’émerveiller

Souvent, les grands ne savent plus
S’émerveiller d’un sourire
Et même d’un rire.

Souvent, les grands ne savent plus
S’émerveiller

Souvent, les grands ne savent plus
Attendre, s’attendre
Attendre le silence
Attendre l’impatience.

Souvent, les grands ne savent plus
S’émerveiller

Souvent, les grands ne savent plus
Ecouter, s’écouter
Ecouter les regards
Ecouter les silences.

Souvent, les grands ne savent plus
S’émerveiller

Souvent, les grands ne savent plus
Toucher, se toucher.

Souvent, les grands ne savent plus
S’émerveiller

Les grands se cachent,
N’ont plus confiance
Où est l’avidité de CO-NAISSANCES ?

Souvent, les grands se nourrissent d’artificiel.
S’ils pouvaient se nourrir d’ART et de CIEL …

Souvent, les grands ont besoin de modèles
On peut leur souhaiter des mots d’AILES
Pour tisser l’arc-en-ciel.

 

POÉSIE DE NATHALIE FIALA

Publicités