J’ai souvent vu mes proches mourir comme ils avaient vécu. Ceux qui étaient dans l’avidité, partaient dans la crainte de tout perdre; ceux qui étaient dans l’amour partaient un sourire aux lèvres, ceux qui étaient dans l’angoisse perpétuelle partir inquiets et ceux qui prenaient soin de la vie, prendre soin de leur propre mort.

C’est rarement au dernier moment que cela se prépare, même si jusqu’au dernier instant, et heureusement, il est possible de trouver cette sérénité voire ce sourire, c’est le travail de toute une vie, pourvu qu’on le commence… tout de suite !

Publicités