Préparez vous en restant assis tranquillement quelques minutes, les yeux clos. Sentez tout votre corps simultanément des pieds à la tête, y compris vos tensions et émotions.

Laisse décanter tensions et émotions comme autant d’impuretés dans un verre d’eau. Ne les soulevez pas en les ressassant.
Incluez votre respiration dans votre ressenti de soi. Faites de profondes et amples respirations avec le ventre sans monter les épaules ni vous crisper.
Sentez avec bonheur comme tout votre corps respire !
Sentir et relaxer les yeux :
Sentez vos yeux, en les faisant doucement tourner dans tous les sens, plusieurs fois. Arrêtez, et laissez-les reposer dans leurs orbites.
Le maître Taoiste Mantak Chia dit « La pratique du Sourire intérieur commence par les yeux, car ils sont reliés au système nerveux autonome, qui régule l’action des organes et des glandes. Les yeux sont les premiers récepteurs des signaux émotionnels qui provoquent l’accélération des organes et des glandes, à l’occasion d’un stress ou d’un danger (la réaction de confrontation ou de fuite), et ralentissent leur activité, une fois passée la crise. Quand tout se passe normalement, les yeux réagissent de façon calme et équilibrée. Par conséquent, en détendant simplement les yeux, on détend tout le corps, rendant ainsi l’énergie disponible pour l’activité du moment ».

Laissez la sensation de détente se muer en un sourire :
Quand vos yeux sont détendus, que cette sensation de détente s’élargisse à tout le visage, même à votre langue, et jusqu’aux os de la mâchoire et du crâne.
Visualiser qu’un être cher vous sourit. Laissez vous pénétrer par son sourire et rendez-le lui.
Sentez comme vos yeux et votre visage se détendent encore plus profondément.
Si vous ne parvenez pas à évoquer cette image, alors contentez vous de sourire volontairement et largement. Faites de votre mieux. Vous aurez tôt fait de remarquer que vous souriez tout à fait naturellement …

Le visage respire par le sourire :
Incluez maintenant dans votre conscience, votre respiration ample, profonde et aisée.
Sur chaque inspir, sentez entrer l’air, par votre nez bien sûr mais aussi par le visage et les yeux. Sentez que votre sourire touche votre respiration. Observez comme il la transforme : il a rend encore plus ample et vibrante.
S’il se trouve qu’en respirant ainsi, votre bouche se remplit de salive, c’est bon signe. N’avalez pas encore, continuez de respirer en la laissant s’accumuler dans votre bouche. La salive contient de nombreuses protéines, des hormones et autres substances, aux vertus digestive, antibactérienne, et minéralisante, entre autres.

Outre ces vertus démontrées par la science moderne, les Taoïstes quant à eux, croient que la salive (qu’ils appellent « l’élixir doré ») est capable d’extraire le chi de notre respiration et de participer à la distribution de cette énergie dans l’organisme.
Pour eux donc, la sécrétion accrue de salive, utilisée de façon adéquate, contribue considérablement à notre bon état général.

Souriez dans vos organes :
Dirigez maintenant votre sourire en direction de chacun de vos organes. Faites le descendre, comme un filet d’eau, par la mâchoire, le cou, la gorge, jusqu’au thymus. Ressentez cette glande s’ouvrir et se fermer sur l’inspir et l’expir.
Laissez alors la respiration du sourire descendre dans votre cœur. Sentez le se détendre. Puis passez aux poumons. Sentez le se dilater souplement. Passez ensuite au foie, sur le côté droit de la cage thoracique. Souriez et respirez dans cette zone. Sentez-la se dilater et se contracter, relâcher les tensions. Incluez également la vésicule biliaire, sous le foie, puis le le pancréas, sous l’estomac, et la rate à gauche.
Procédez comme pour le foie.
Incluez ensuite les reins, au milieu du bas du dos, sans oublier les glandes surrénales qui les coiffent.
Pensez à la vessie, puis à l’estomac, aux intestins, au côlon.
Cette respiration touche maintenant les organes sexuels, vous donnant l’impression que tout le bas de votre abdomen s’ouvre et se remplit d’énergie.
Avalez la salive et suivez l’écoulement de l’énergie :
Vous constaterez alors que votre bouche secrète plus de salive que d’habitude. Laissez-la s’accumuler, faites-la tourner dans votre bouche plusieurs fois. Puis au moment précis où vous l’avalerez, rentrez le menton, pour raidir légèrement la nuque. Vous éprouverez alors une impression de chaleur, d’énergie, accompagnant la respiration du sourire dans sa descente dans tout le tube digestif : le long du cou, dans l’œsophage, l’estomac, l’intestin grêle, le gros intestin, le rectum, jusqu’à l’anus.
Dirigez la respiration souriante vers le cerveau et la colonne vertébrale :
Reprenez la respiration ample et profonde et vérifiez que vous avez toujours le sourire.
Laissez vos eux se reposer dans leurs orbites. Donnez vous l’impression que la respiration du sourire pénètre votre corps par les yeux, le visage et qu’elle repart vers les glandes épiphyse et hypophyse, puis l’hypothalamus et les autres parties du cerveau.
Sentez que vous devenez plus conscient des opérations de votre cerveau. Votre respiration atteint maintenant le cervelet, au fond du cerveau. Toute votre tête se dilate et se contracte paisiblement au rythme de votre respiration.
Faites alors couler votre respiration le long de la colonne, vertèbre après vertèbre jusqu’au coccyx.

Absorption et assimilation de l’énergie :
Sur l’inspir, sentez l’abdomen se gonfler de tout l’espace crée par la respiration du sourire. Sentez la chaleur et l’énergie qui s’y dégagent. Sur l’expir, soufflez lentement par la bouche. Concentrez vous sur l’abdomen, et laissez cette agréable sensation d’espace se propager à tous vos os, tissus, muscles et organes.
Quand vous aurez une conscience claire, ajoutez un dernier élément : sur l’expir, sentez vos organes absorber l’énergie mais aussi vos tensions et toxines sortir avec votre souffle.
Avec l’entraînement vous constaterez comme cet exercice vous énergise et accroît votre bien être.
Souvenez vous que le but de cet exercice n’est pas de faire de vous un automate souriant. On recherche 2 choses : d’abord, vous mettre en contact avec votre être physique et émotionnel ; ensute vous libérer des tensions et de la négativité, partout où vous vous sentez coincé.
Gardez toujours votre sourire et dans quelques mois, vous obtiendrez les mêmes résultats rien qu’en vous suggérant la plus légère sensation de sourire intérieur. (Ainsi vous pourrez appliquer la respiration du sourire aux situations de stress et de conflit de votre vie quotidienne.)
Dennis Lewis « Le Tao de la respiration naturelle »
Publicités