Le Prix du Livre Optimiste récompense chaque année un roman ou un essai d’un auteur francophone publié au cours de l’année écoulée parmi une dizaine d’ouvrages sélectionnés pour leur approche constructive.

La-magie-du-matin

  • Pour sa cinquième édition, le Prix du Livre Optimiste est décerné à Isalou Beaudet-Régen pour « La Magie du Matin« , publié aux éditions Leduc.

Le livre est facile à lire et ludique, avec une très bonne construction, en progression constante. Se lever le matin 1h plus tôt que d’habitude, beaucoup d’aspects – la psychologie, la physiologie, l’histoire, la philosophie, un vrai état des lieux de soi-même, et bien sur les clés de la réussite du challenge – sont mis en lumière dans cet ouvrage très positif, plein d’humour et d’humilité, et on le sent, très personnel.

Alors, d’abord, pourquoi le matin ? Parce que c’est le seul moment de la journée que l’on maîtrise réellement et que cela n’impacte pas l’agenda du reste de la journée.
Comment profiter de cette heure pour donner du sens (nouveau) à ses journées ? Comment se redonner le pouvoir de notre vie avec ce moment pour soi ? Le choix est large : sport, lecture, méditation, apprentissage d’une langue étrangère, réalisation d’un projet qui nous tient à cœur depuis beaucoup trop longtemps… Il faut juste que cela fasse plaisir, que ce soit un moment pour soi.

Les autres ouvrages qui étaient en compétition :

1

Eva est mariée et mère d’un petit garçon dont elle s’occupe à plein temps. Derrière les apparences d’une vie paisible et normale, la jeune femme se rend pourtant compte qu’elle n’est pas heureuse. Au contact de Sophia, son amie libre et aventureuse, Eva entame alors un chemin à la fois douloureux et libérateur vers elle-même, vers une vie d’accomplissement personnel et d’indépendance. Ce roman qui mêle fiction et réflexions dégage un souffle inspirant de liberté et donnera envie à chacun de changer quelque chose à sa vie.

1

Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur «Mr. Bojangles» de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n’y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis. Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c’est la mère, feu follet imprévisible et extravagant. C’est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille, Mademoiselle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui déambule dans l’appartement. C’est elle qui n’a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères. Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l’inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte. L’amour fou n’a jamais si bien porté son nom. On retrouve dans ce livre l’optimisme des comédies de Capra, allié à la fantaisie de « L’Écume des jours ».

1

Dans cet ouvrage sont réunies des histoires véhiculées oralement de par le monde et les générations. Leurs chutes sont des trésors de sagesse, de véritables leçons de vie. Il faut accepter d’être mis à contribution en vous posant des questions et en grattant (littéralement !) les encadrés grisés renfermant des trésors capables de vous transformer. Vous en ressortirez confiants, aimants, et grandis !

La France peut être un vrai paradis pour les entrepreneurs. Tel est le constat fait par Fabrice Cavarretta, professeur associé au département Management de l’Essec Business School. Dans son ouvrage « Oui, La France est un paradis pour les entrepreneurs » (Plon), le professeur de la prestigieuse école de commerce veut en finir avec le french bashing en montrant que les succès français ne relèvent pas d’un héroïsme individuel, mais bien de la solidité de notre écosystème.

1

Comme un poison insidieux, l’idée que la France recule gagne toutes les couches de la société. Une vision erronée, selon le journaliste et écrivain Yves Deloison. Dans un ouvrage résolument optimiste, il recense nos raisons d’être heureux. Les chiffres sont têtus. Notre pays est la première destination touristique dans le monde, le 4ème investisseur économique mondial à l’étranger, le 5ème exportateur, la 6ème puissance scientifique mondiale en termes de publications et de dépenses, la 4ème puissance agricole… Et pourtant nous avons une tendance prononcée à nous complaire dans le catastrophisme. C’était mieux avant ? Pas toujours. On va dans le mur ? A d’autres. Parce que le pessimisme est d’humeur mais l’optimisme de volonté, le journaliste Yves Deloison, fondateur du site Toutpourchanger.com et grand pourfendeur de stéréotypes, a cherché quelle était la réalité derrière les sinistres clichés. Son enquête fouillée, dont le titre est inspiré de l’expression yiddish « Heureux comme Dieu en France », déboulonne une par une les idées reçues. Et si l’on décidait d’en finir une bonne fois avec nos névroses hexagonales ?

1

Le burn-out, un syndrome qui concerne potentiellement 4 millions de salariés. Ce sujet dactualité est traité ici sous un angle résolument nouveau : comment transformer ce pépin de vie en pépite, c’est-à-dire en opportunité, voire en une formidable occasion de transformation. Récit autobiographique autour du thème « comment être acteur de sa guérison », il devient un guide lorsque les solutions médicales proposées s’avèrent limitées, inexistantes ou inefficaces. « Je viens d’avoir 42 ans et je mène ma vie tambour battant. Soudain, la vie bascule. Un burn-out qui prend la forme singulière dune maladie orpheline qui, à son tour, génère un handicap. Puis c’est la découverte d’une anomalie dans le cervelet et la survenue d’un accident vasculaire cérébral. Malgré un diagnostic implacable, je me fais le serment de guérir, envers et contre tout. Commence alors un long parcours de soins, qui relève de la résolution d’énigme, avec son cortège d’espoirs déçus mais aussi de belles rencontres, à commencer avec moi-même dont je m’étais imperceptiblement éloignée. Au bout du chemin, la guérison. Mieux encore, la transformation ! La vie est un cadeau. Derrière chaque pépin se cache au moins une pépite. Les crises constituent de formidables occasions de rebondir pour peu qu’on saisisse cette opportunité plutôt que de s’en plaindre. »

1

Face à la violence de la compétition économique, parler de bonheur, de bienveillance et de solidarité peut sembler naïf, voire utopique. Le but de ce livre est de montrer qu’au contraire l’humanisme a toute sa place au sein de l’entreprise, y compris dans les plus grosses structures. Jacques Lecomte nous fait découvrir des centaines d’études scientifiques passionnantes qui prouvent même que ces valeurs sont bénéfiques. Il a rencontré et interviewé de nombreux managers d’entreprises numéro un dans leur domaine. Beaucoup d’idées volent en éclats (travaillons-nous vraiment pour l’argent ? Pourquoi la surveillance est-elle contre-productive ? Comment les sanctions détériorent-elles la sécurité ? etc.). Une nouvelle philosophie du management se dessine (leadership serviteur, apaisement des conflits, protection de l’environnement, démarche appréciative, etc.). Et, finalement, c’est toute une réflexion sur la raison d’être des entreprises qui se fait jour. Les entreprises humanistes sont plus fortes non par calcul, mais par choix. Et elles peuvent changer le monde.

1

Qu’est-ce que réussir sa vie au quotidien ? Comment les femmes conçoivent elles la réussite ? Puisque les hommes et les femmes sont des partenaires dans la vie de tous les jours qu’en est-il de leur réussite respective ? Cet ouvrage invite les hommes et les femmes à investir le concept de réussite. Le lecteur pourra choisir de se positionner, de penser et de réaliser son projet de vie personnalisé afin de mener une vie épanouissante au quotidien. Orthophoniste, le parcours de Catherine Salomon est riche. Après la naissance de son 3ème enfant, elle doit concilier sa vie privée et sa vie professionnelle. Elle décide de partager son parcours dans son premier ouvrage « Réussir sa vie au quotidien » dans lequel elle invite ses lecteurs à penser et à réaliser un projet de vie sur mesure.

1

La réalité quotidienne d’un non-voyant est un pays étranger. Quel est son rapport au monde ? À la ville et à la nature, à la nécessité de se déplacer, d’utiliser des écrans tactiles, de traverser les rues, de reconnaître les gens ? Invité à donner des cours au Québec, l’historien Jacques Semelin nous propose un récit de voyage d’un genre nouveau. À la fois le sien, dans une ville dont il découvre tout, et le nôtre, dans la tête et le corps d’un non-voyant. Son écriture émouvante et souvent drôle entraîne le lecteur dans ce que Borges appelait une expérience sensuelle et esthétique. Chaque sens (ouïe, odorat, toucher) est sollicité, de même que l’imaginaire pour inventer le réel. Quand on ne voit plus le soleil, il s’agit de croire qu’il existe, et de s’en remettre à la confiance vitale.

1

Dans une société de plus en plus normée il devient difficile, voire impossible, d’être pleinement soi-même. Or, la clé du bonheur n’est-elle pas dans notre aptitude à être nous-mêmes et à pouvoir nous réinventer sans cesse ? À nous libérer des carcans du quotidien ? Sophie Peters, journaliste et animatrice de la Libre Antenne d’Europe 1, soutient cette hypothèse et analyse notre difficulté à être nous-mêmes. Ainsi à travers des situations concrètes de la vie quotidienne, l’auteur nous montre que le bonheur est à portée de main si l’on accepte enfin d’être soi !

SOURCE : LIGUE DES OPTIMISTES DE FRANCE

 

Publicités