de même qu’il n’est pas bon de dire « ne te penche pas au-dessus de la falaise» mais dire « marche au milieu du sentier »., si j’ai une infection qui dure, il n’est pas bon de dire: « il faut massacrer la bactérie » mais lui préférer « il faut freiner le zèle de cette bactérie qui se comporte en dominante ». Peut être, lui sourire, va la rassurer, lui rendre sa vision juste de son rôle.
Tout est à sa place quand la peur disparaît. Ne jamais oublier que si quand nous sommes malades nous ne percevons pas l’état de perfection présent en nous malgré la maladie, alors le retour à cet état ne peut se manifester.
La seule manière d’être dans cette Unité c’est d’y entrer consciemment.

(extrait de PARTICULE D’INFORMATION – LE SOURIRE de Mamilène et Pascale POURRUT)



Suivez-nous et participez sur le groupe Un jour un sourire, un yoga du sourire (https://www.facebook.com/groups/unjourunsourire)

Sourire chaque jour.

Ne pas attendre d’être heureux pour sourire, mais sourire pour être heureux.

http://sourire.baylot.org/

Publicités